Livraison offerte à partir 180€, en France métropolitaine !

❀ Muses ❀

❀ Muses ❀

Alma lua s’inspire des femmes, de leurs différences, de leurs similitudes. J’avais à cœur de créer cette page pour présenter et mettre à l’honneur ces femmes que j’admire et qui m’inspirent.

J’espère qu’elles vous inspireront aussi à suivre vos rêves.

 

❀ AMY BOSSI ❀

Sarah : J’ai rencontré pour la première fois Amy, un matin froid, à Paris. J’étais fatiguée à toujours courir, j’avais beaucoup de travail… Son cours Gipsy Flow créatif et dansé porté par un parfum d’encens, une musique inspirante et un massage crânien cadeau de fin de cours, m’a instantanément plongé dans un état de bien-être total.

Nous avons fait davantage connaissance. Nous nous sommes reconnues, avec de nombreux points communs.

Prof de yoga et de méditation, danseuse, surfeuse, amie des animaux, attentive à l’environnement,

Amy est une personne inspirante. Avec Gypsy and Co, son webzine, elle propose un contenu créatif autour du bien-être et des box rituel méditation. Une belle idée pour un voyage intérieur quand on est confiné depuis longtemps !

Je souhaite en savoir plus sur elle et vous faire partager son histoire. 

Quel est ton parcours ?

Amy : Je suis danseuse de formation, classique/modern jazz.

J’ai eu une adolescence libre, très peu cadrée, dans un environnement festif. Mes professeurs de danse ont senti que je devais me ressaisir et ils m’ont suggéré de prendre des cours de yoga. Je réalise que le corps n’est pas qu’un outil de travail. J’apprends à respirer.

Parallèlement, je travaille dans la mode, chez Chanel. J’ai toujours été intéressée par le costume, son histoire, le cinéma.

Le yoga prend de plus en plus de place de ma vie. Je me forme en Inde. J’évolue avec ma pratique et mon yoga postural prend une dimension plus spirituel.

Je quitte le monde de la mode. Je voyage, à Bali et au Maroc, tout en enseignant le yoga, principalement avec la communauté des surfeurs. J’ai accompagné une surfeuse internationale, dans sa rééducation après une opération des ligaments. Je l’ai préparé, avec le yoga, à la reprise de la compétition. Cet accompagnement m’a donné une légitimité auprès des surfeurs. Je connaissais leur sport pour le pratiquer, les tensions physiques inhérentes à la pratique du surf et je savais apporter des solutions via le yoga. Après une belle expérience à l’académie de surf, mon mari et moi, avons créé un surf camp à Taghazout au Maroc. Nous proposons des retraites Surf et Yoga.

L’éternelle question de la légitimité ! Pourquoi, comment l’appréhender ? Je ressens aussi ce blocage et on est nombreux à se freiner ou s’abstenir à cause de la légitimité

Amy : Oui, moi aussi j’ai du mal, certaines fois, à gérer ma légitimité. Je crois que l’on ne se sent jamais légitime à 100%. En même temps, je pense qu’il est bon de savoir se remettre en question et de se détacher de son égo. Aujourd’hui, avec l’expérience, je trouve ma légitimité dans le sourire de mes élèves à la fin du cours, dans leur satisfaction.

Comment trouves-tu ton inspiration ? Tu prépares scrupuleusement tes cours ou tu te laisses porter par le mouvement ?

Amy : Au début, je préparais mon cours une journée entière. Aujourd’hui, je connais mieux les attentes de mes élèves, de chaque groupe d’élèves. J’utilise les flows de base et j’ajoute régulièrement des nouveautés.

Quelle est ta philosophie de vie ?

Amy : Je me sens bien dans la nature. J’aime vraiment l’océan. Je me sens bien dans l’eau même s’il n’y a pas de vague !

Je suis très sensible à la protection animale et à l’environnement.

Végétarienne, je privilégie les commerces de proximité, les petits producteurs.

Je vais quitter la frénésie parisienne et retrouver ma région d’origine, l’est de la France, retrouver la nature. J’ai plein de projets en tête, certains avec ta marque Alma Lua d’ailleurs.

Avec plaisir ! Pour en savoir plus sur toi Amy et pour conclure;

Si tu étais...

Une musique :  Jimmy Hendrix; Les Beatles; Amy Winehouse; La musique des années 70

Un livre : Hippie de Paolo Coelho

Un film : Grease. Il me rend heureuse. Je le connais par cœur.

Une Routine : Respiration le matin pour m’aider à me lever. Je ne suis pas du matin. Méditation le soir pour m’endormir.

Un lieu : Taghazout au Maroc, mon spot de surf secret.

Une Fleur : Un hortensia, mais aussi un chrysanthème japonais que j’ai fait tatouer sur mon bras. Pour moi ce sont les fleurs de la renaissance, de l’été indien.

Animal : Une amie dirait lion mais je peux aussi être poisson pour l’eau ou peut-être raton laveur à la fois dans l’eau et sur terre. 

Lever ou coucher du soleil : Coucher du soleil et aussi lune que je porte en tatouage.

Un tapis de yoga, un imprimé : Le Lisboa flowers d’Alma lua. Il est magnifique. C’est difficile de choisir. Ils sont tous très beaux tes tapis !

 

Merci Amy pour ce doux moment partagé.

 

 

 

 

❀ ANOUK COROLLEUR ❀

Photos : Sarah Witt 

 

Sarah : Anouk est prof de yoga et entrepreneure. C’est une des quatre muses d’Alma lua. Elle présente le tapis Bloom Way.

J’ai découvert ton univers, voilà deux ans, via tes podcasts que j’ai dévorés. Des podcasts avec des chemins de vie qui nous aident à nous aimer, à nous accepter, à réaliser nos rêves.

Alma lua n’était encore que dans ma tête.

Je me reconnaissais dans tes podcasts car moi aussi je voulais réaliser mes rêves, voyager.

Je suis très heureuse que tu aies accepté d’être une muse Alma lua car tu m’as beaucoup inspirée et tu continues encore à le faire !

Je t’ai suivie sur les réseaux sociaux. Tu vis à Biarritz, moi aussi, j’avais envie de te rencontrer pour parler de toi et du tapis Bloom Way.

 

Ta vie avant le yoga, pendant et après ?

Anouk : J’ai suivi des études supérieures en Marketing et Communication en Australie, finalisées par un stage dans une boite de surf. Le truc dont tout le monde rêve, des gens cool, un environnement cool.

Bien de l’extérieur, mais à l’intérieur je ne me sentais pas bien. Mon entourage ne comprenait pas. Il y avait un décalage. J’ai eu cette prise de conscience tôt, j’avais 21 ans, ce qui est une chance ! A l’époque, on parlait moins de développement personnel, il y avait moins de partage sur les réseaux sociaux, c’était flippant !

Je me tourne alors vers le yoga (il y a 10 ans). C’était le début du yoga en Europe. C’était « moins à la mode ». Je tombe amoureuse de mon colocataire, professeur d'Ashtanga. Ma vie trouve un autre chemin. Parallèlement à mon stage en marketing, pour gagner ma vie, je suis professeur de surf.

A quel moment tu changes de voie ?

Prof de surf en Australie, je travaille avec de petits groupes. L’ambiance est très agréable. Je suis au soleil en maillot de bain. Un côté exotique, vacances très sympa.

De retour en France, je suis prof de yoga et de surf dans une école anglaise, mon diplôme acquis en Australie ne me permettant pas d’enseigner dans des structures françaises. Le groupe d’élèves est important, du monde sur les vagues, 8h non stop.

Ce job me demande beaucoup d’énergie, une énergie Yang : Port de charges lourdes, déplacements rapides de matériel… qui ne me correspond pas.

Nous avons de super écoles de surf en France et des profs à qui je tire mon chapeau mais on n’enseigne pas de la même façon qu’à l’étranger. Je ne me retrouvais pas dans cet univers. Ce n’était pas pour moi.

Qu’est ce qui t’inspire au quotidien ?

Anouk : J’ai vécu à Chamonix. Loin des villes, de leurs hyper stimulations et de leurs attraits culturels…

J’ai une personnalité sensible. J’ai besoin de me reconnecter à moi-même, de trouver le calme. C’est dans la nature que je trouve cet apaisement. Un espace neutre, connecté à des choses simples qui te ramènent à toi vraiment.

Je suis sensible au Feng Shui, au Vastu, aménagement de l’espace en Inde. Un espace créé par l’homme mais pour se sentir comme dans la nature.

Je suis sensible à ce qui est fait par l’homme et qui se rapproche de la nature. Je dois sentir les vibrations de la nature !

Comme toi par exemple, Sarah, tu as une sensibilité, une âme artistique, ton tapis utilise des produits naturels. Tu y mets ton cœur. 

Quels sont tes peurs et tes blocages ? Notamment au démarrage de tes projets ? Quels sont tes conseils ?

 Anouk : J’ai démarré le coaching individuel à Bordeaux il y a 4 ans. Je sentais que c’était pour moi alors que c’était plutôt nouveau en France.

Heureusement, j’avais voyagé, je voyais que d’autres se lançaient aussi dans le coaching, notamment à l’étranger. Parler anglais est une chance. C’est une ouverture qui te permet de découvrir d’autres états d’esprit en allant piocher des infos partout dans le monde.

J’ai, à chaque fois, peur quand j’entreprends mais je pense que la vulnérabilité est une force.

Lors de mon dernier cours, j’enseignais à des futurs profs de yoga, je leur ai dit que j’avais peur de leur jugement, de ne pas être à la hauteur. Ils ont été étonnés et aussi rassurés.

Ma conclusion c’est que la peur, c’est à chaque fois.

Si tu ne ressens pas la peur, c’est que tu n’es pas à la bonne place, que tu es trop dans ta zone de confort, à faire tout le temps la même chose.

Je m’efforce de me poser la question tous les jours : Comment sortir de ma zone de confort aujourd’hui ? Fais une chose qui te fait peur chaque jour.

Emotionnellement c’est dur, tu as peur d’être rejeté, jugé, mais c’est tellement constructif.

J’avais peur avant de démarrer ce live ! et finalement çà se passe vraiment bien. 

Sarah : oui si tu arrêtes d’avoir peur c’est que tu arrêtes de te soucier des choses et donc c’est que tu ne fais plus les choses avec le cœur

Anouk et Sarah : Conclusion : Ayons peur !!!

Anouk : Et aussi la vie est courte.

Chaque jour est une opportunité de vivre et de réaliser nos rêves même les plus simples.

Exemple, j’ai un scoop, j’ai le rêve de chanter. J’aime chanter.

Je suis inspirée par Megan Currie prof de yoga qui a lancé un disque. Moi aussi j’aimerais faire çà ! Qu’est ce qui pourrait être l’amorce de ce rêve ?

Tout simplement prendre un moment pour chanter. C’est le début du rêve. Là maintenant, à la fin de ce live.

Et aussi j’aimerais passer mon AIDA 4 ! Je vais démarrer mon entrainement d’apnée.

Sarah : Il ne faut pas attendre. Le moment parfait n’existe pas.

Anouk : oui, Démarre maintenant, la vie est courte.

Quelle est ta philosophie de vie ?

J’aime bien le titre du livre The subtle art of not giving a fuck ? = l’art de s’en foutre

Notre blocage premier est la peur du jugement des autres.

Qu’est ce que je ferai si je n’en avais rien à foutre de ce que pense les autres ?

C’est pas facile, ca fait peur encore mais çà permet de changer la dynamique de ma journée.

Quels sont tes projets ?

1❀ Surf immersion retraite avec coaching de surf. Une semaine au Portugal du 12 au 17 mai. 

2 Goddess retreat avec une amie, fin mai, pour les femmes, prendre confiance en soi. 

3❀ Soulful Retreat en juin, à Biarritz, avec des amies artistes. 

et… un autre projet

Je veux proposer une formation de yoga avec une inspiration de connexion de groupe ou de connexion à soi-même. 3/4 jours. Septembre ou Octobre 2021

Quelques questions pour encore mieux te cerner

Une musique :  d’Ibrahim Maalouf, hyper beau, un truc qui t’emporte, qui inspire des mouvements contemporains

Livre : Yvon Chouinard - Let my people go surfing

Super si vous êtes entrepreneur. Méga inspirant. Plein d’idées. Le livre à lire.

Film : The greatest showman

Routine : Marcher. Je me fais des petits circuits où que je sois. Je m’approprie l’endroit.

Lieu : Plage de Tea Tree Bay, Noosa, en Australie. Dans un parc national. Souvenirs avec des amis, des animaux, le surf. Tea tree lake coloré en rouge par les feuilles des tea trees. Bienfaits thérapeutiques sur la peau. Les femmes aborigènes donnaient naissance à leurs enfants dans ces lacs.

Fleurs : Mimosa. Fleur improbable. Fleur d’hiver jaune éclatant et qui sent bon.

Imprimé : C’est le Bloom way. Il est trop beau. Plein de détails. Je l’ai utilisé hier. Idéal pour les mains et les pieds. Très agréable. Hyper canon.

Mantra : Un poème que j’ai découvert après un cours à Bali. Je découvrais l’univers du yoga et j’y ai trouvé ma place.

Ne laisse personne te retenir à ton voyage,
ni rabbin, ni prêtre, ni mère
qui aimerait que tu creuses à la recherche de trésors
qu'elle même à perdu, ni père
qui ne laissera pas une vie être suffisante,
ni amant qui mesurerait sa valeur
par ce que tu abandonneras,
ni voix qui te dirait dans la nuit
ça ne peut pas être fait.
Ne laisse rien te dissuader
de voir ce que tu vois
ou de sentir les vents qui te donnent
envie de danser seule
ou d’aller là ou personne
n’est jamais aller.
Tu es le seul explorateur.
Ton cœur, une boussole illisible.
Ton âme, la promesse d’un rivage
trop belle pour être ignorée.

Marc Nepo. 

C’est un poême qui te va si bien, c’est l'énergie que tu véhicules.

 

Merci pour ton intensité, Anouk. Merci de croire en la vie, tout le temps

Si vous voulez en savoir plus sur Anouk, podcast avec Victoria de Nouvel Oeil qui est génial ! 

 

Photos : Sarah Witt ❀

 

 

❀ LAURE - SANTA MILA ❀

Photos : Sarah Witt ❀

Sarah : Laure est professeure de yoga et entrepreneure. Elle organise des séjours bien-être « Ocean Therapy » au Pays Basque et dans les Landes.

Je l’ai choisie comme muse d’Alma lua car on partage les mêmes valeurs : la bienveillance, l’authenticité, le naturel. La particularité de Laure, est d’avoir toujours des tips pour tout, qu’elle partage généreusement :)

 

Parcours

Laure : Je viens d’une famille sportive en connexion avec la nature et l’océan, avec une mère et une grand-mère très concernées par la nutrition, le bio, ce qui était novateur pour l’époque !

Je me suis éloignée de ces concepts durant mes études en marketing et communication et lors de mon premier job à Paris, dans les vins et spiritueux. Beaucoup de soirées parisiennes mais aussi beaucoup de travail et un rythme intense.

Je cherchais une routine pour m’apaiser. Je reprends alors le sport et une alimentation plus "healthy".

Parallèlement, je démarre mon blog Santa Mila, en hommage à ma grand-mère,  Mila Santa Cruz avec des conseils sur la nutrition et le sport.

J’aime la ville et faire la fête mais j’aime aussi manger sainement, la nature et l’océan.

Je faisais beaucoup de course à pied pour évacuer le stress quotidien. Je me blessais régulièrement, beaucoup trop. Mon ostéopathe, lors d’une première consultation, a tout de suite repéré les blocages. Je constate que de mon côté, je ne connais pas mon corps.

Je démarre alors le yoga. J’étais très raide. J’ai failli renoncer. Mon corps manquait de souplesse et j’avais du mal à rester tranquille sur un tapis.

Je me suis accrochée, mon conseil est de multiplier les cours et les profs pour trouver le yoga qui te convient au début. Par la suite, on évolue dans son approche. On voit rapidement une évolution dans la mobilité : on retrouve la mobilité de son enfance ! Je savais enfin prendre soin de mon corps et ressentir les bienfaits de la respiration, rester dans l’immobilité, dans le bien-être.

Le yoga n’est pas un sport mais un mode de vie.

 

Quels ont été tes freins et tes doutes lors de ta reconversion professionnelle ?

Laure : je rêvais d’aller plus loin dans le yoga. Je voulais me lancer dans le bien-être mais je me sentais illégitime. Je me trouvais trop raide, je n’osais pas faire une formation.

Pourtant, j’étais disponible professionnellement, j’avais une bonne compétence en marketing, j’aimais partager, mais je restais bloquée.

Je vivais l’entreprenariat avec intensité, toujours à fond, toujours au top mais en perte d’équilibre personnel.

C’est à cette époque, que ma grand-mère nous quitte. Je n’avais rien vu venir. Cette énorme perte me donne un coup de pied aux fesses. Je décide de faire ce que j’avais au fond du cœur. Ma grand-mère est partie en décembre. Avec le soutien de mon copain, en janvier, je suis partie, seule, à Bali. J’avais besoin de cette expérience seule, de me retrouver, d’écrire, de faire de nouvelles rencontres.

A mon retour, j’étais prête à entreprendre, avec une recherche d’équilibre vie perso vie professionnelle et un moyen de me connecter à l’océan.

Peux-tu nous parler de la connexion que tu as avec l'Océan ?

Laure : J’ai toujours vécu près de l’océan. J’ai beaucoup déménagé enfant, mais notre point d’ancrage c’était la maison familiale dans le sud ouest, en Vendée.

L’océan m’apaise. Le mouvement, l’infini, le bruit des vagues… C'est un bienfait pour le mental. On vient de là. C’est le moment présent. Ses couleurs changent, ses mouvements sont hypnotisants, son goût salé… tout est propice à la méditation. On en a tellement besoin.

L’océan c’est une cure de jouvence, une cure de vitamines. L’homme vient de l’océan. Un bain dans l’océan nous recharge en oligoéléments et sels minéraux.

Même l’hiver, tremper ses pieds et ses jambes dans l’océan, sans se rincer immédiatement, apporte beaucoup de bienfaits.

Une bonne balade au bord de l’océan ou bord de mer est aussi très efficace car riche en apport d’oxygène.

…ou encore une Ocean Therapy. :)

Tes conseils bienveillants pour suivre ses rêves ? Et conseils pour mamatobe ?

Laure : Apprendre à se connaître, prendre des moments pour soi, sans portable. Ralentir. Trouver ce qui fait du bien. Tenter de supprimer au maximum ce qui est toxique. Le stress nous détruit.

Dans son job par exemple, évaluer le pour et le contre. Rester vigilant à un équilibre vie professionnelle et personnelle. Trouver et noter ce qui nous rend heureux et malheureux et parallèlement ajuster avec les compromis envisageables.

Ne pas tout lâcher sur un coup de tête mais faire des plans à 6 mois, 1 an, 5 ans, pour trouver votre idéal : lieu, job, famille et réadapter. Ca peut prendre du temps. J’ai mis 7 ans pour revenir vivre au bord de la mer !

Pour les mamatobe, la grossesse est un moment idéal pour se mettre spontanément à l’écoute de son corps, à ce qui nous fait du bien. Personnellement, je me calme naturellement. Je fais du bien à mon bébé.

Quel est le yoga qui t'inspire ?

Laure : Je n’ai pas de cours classique. J’ai pris beaucoup de cours avec de nombreux profs. Je mixe ce qui m’inspire.

Par exemple j’ai deux routines. Le matin : miracle morning : dynamique + méditation avec des thèmes comme le lâcher prise, se dépasser, croire en soi. Un yoga centré sur soi. Le soir : sweet night : yin yoga, doux pour relâcher les tensions et apporter l’apaisement après une journée chargée. Un yoga centré sur l’extérieur.

Quelques questions pour encore mieux te connaître :

Musique : Paspatou - Parra for Cuva

Livre : Surfer sa vie de Laird Hamilton

Film : le documentaire Given, peut-être sur Netflix. Ode à l’océan raconté un enfant parti en voyage avec ses parents dès sa naissance. Très poétique.

Routine : Yoga miracle morning et Yoga Sweet night. Le matin : me brosser la langue pour enlever les toxines, faire une balade, une douche et je pars travailler. Le soir : des étirements en écoutant des podcasts.

Lieu : lieux des Ocean Therapy, plage d'Erretegia à Bidart, le Maroc, coupés du monde. Les décors minéraux.

Fleurs : Hibiscus, les fleurs sauvages près de l’océan.

Coucher ou lever du soleil : je suis une marmotte. Plutôt coucher du soleil. J’aime bien les apéros au coucher de soleil.

Soleil ou lune : J’aime le soleil ou plutôt le coucher du soleil entre 17 et 18h quand tout est rose et que le lune arrive et éclaire le paysage.

Sarah : oui, on a cette chance ici de profiter de ces superbes couchers de soleil.

Je vous invite à venir les découvrir pendant un séjour Ocean Therapy de Laure.

Laure : oui nous avons une Ocean Therapy tous les mois. Avec toi, Sarah et tes jolis tapis Alma lua, en tant qu’ambassadrice en mai, juillet et autres dates à venir.

 

Merci Laure pour cette immersion Ocean Therapy lors de ton premier séjour de l'année 2021. Petite parenthèse ensoleillée.

Si vous voulez en savoir plus sur Laure, retrouvez ses podcasts sur son site *Santa Mila* et son livre Ocean Therapy ! 

 

Photos : Sarah Witt ❀

 

 

❀ ORIANE ROUSSET ❀

Sarah :

Oriane est professeure de yoga très créatifs (un mélange de yoga et de danse contemporaine, le BALM), et également une "wellness activist", sur son blog "Happy lifestyle", elle propose des podcasts, des recettes et un shop avec une petite sélection de produits artisanaux 0 déchet.

Nous nous sommes rencontrées à Paris il y a quelques années. Nous vivions toutes les deux dans le XIème arrondissement de Paris. Je fréquentais un studio de Yoga, la maison Keller. Endroit qui m’a fait tomber amoureuse du yoga.

 

Parcours : 

Oriane :

Je démarre le yoga en 2004 avec le dvd le « yoga pour les nuls ». A l’époque, on parle moins de yoga, il n’y a pas autant de cours. Je suis intéressée mais pas passionnée.

Depuis l’âge de 5 ans, je fais surtout beaucoup de danse classique, ce qui m’a donné une bonne connaissance du corps et du mouvement.

Je pensais ouvrir une Ecole, devenir professionnelle ou lancer une compagnie. C’est une période compliquée pour moi j’ai des projets mais je ne vais pas au bout parce que le milieu est trop compétitif, les castings stressants, qu’il engendre trop de contraintes…

C’est en arrivant dans le XIème arrondissement de Paris que je découvre vraiment le yoga.

Je travaille dans la restauration mais je veux surtout faire un métier créatif. Je fais beaucoup de tentatives mais mon manque d’organisation et des freins bloquent mes projets.

J’ai la trentaine, échecs après échecs, j’ai besoin d’aide. Je cherche une solution et rencontre une somato thérapeute. Je découvre la respiration, je travaille mon souffle. Je me reconnecte à moi-même, retrouve confiance. Cette thérapie a duré 1an et demi. Parallèlement, je continue à beaucoup pratiquer le yoga.

Le hasard fait que j’ai l’occasion de remplacer une prof pour des cours de barre au sol et de yoga. Je saisis l’occasion. Le bouche à oreille crée une petite communauté fidèle.

Je comprends et ressens beaucoup l’expression du corps. Je suis naturelle, sensible, empathique. Je parle et aime transmettre.

Je décide alors de partir loin et démarre une formation de yoga intensive en Inde. Même si la formation ne me plait pas. Je laisse tomber mes barrières et mes limites. Je trouve alors ma place. Tout me semble facile et je me sens plus légitime avec mon diplôme.

Au retour, je me lance et propose des cours, des ateliers et du développement personnel.

J’ai deux axes majeurs de développement.

  • Le développement personnel via mon expérience thérapeutique.
  • Le mouvement, notamment avec le vinyasa. Les autres me semblent trop rigides. J’aime faire comprendre le corps par le mouvement, que chacun appréhende et trouve son mouvement pour se sentir bien parce que nous sommes tous différents.

Depuis 6 ans, j’organise aussi des retraites. Partir quelques jours dans la nature. Se déconnecter sans contrainte et rigidité.

Je m’intéresse aussi à l’alimentation, celle qui soigne. J’ai toujours eu des problèmes de digestion et je propose des solutions pour une alimentation anti inflammatoire.

On me demande souvent quel yoga j’enseigne. C’est un mélange de yoga et de danse qui n’avait pas de nom.

J’ai décidé de l’appeler BALM yoga. C’est un yoga de soin pas de performance.

B pour Bienveillance.

A pour Atypique

L pour Libre, Libérateur

M pour Mouvement

J’ai aussi créer un site e shop avec mes produits créatifs, bien-être et alimentaires. Home made, 0 déchet, naturel. Tout peut se manger même le gommage ! J’aime créer, j’aime créer pour mes élèves et Instagram. 

 

Quelles peurs ou blocages as-tu rencontrés lors de tes débuts en tant que prof ? 

 

Oriane : Je n’en ai pas eu beaucoup parce que tout a été très rapide après la thérapie et la formation de yoga. J’avais vu aussi un blog de Garance Doré et son interview d’une prof de yoga à New York qui prouvait que c’était accessible.

Je n’aime pas les environnements cadrés, j’ai besoin de liberté, je n’aime pas les formations longues.

Entreprendre, ce n’est pas ce que je veux. Je ne veux pas trop de contraintes.

Je ne veux pas me laisser déborder par le rythme et les exigences d’aujourd’hui. Je tente de ne pas me laisser submerger par les likes et le nombre d’abonnés sur les réseaux sociaux qui me donnent du stress.

Mais paradoxalement, on doit s’adapter pour être à la hauteur, faire de jolies présentations, être à la fois graphiste et prof. J’essaie de prendre mes distances, d’équilibrer.

 

Peux tu nous expliquer ce qu'est la thérapie à médiation corporelle et comment elle t'a aidée ?

Oriane :

Elle m’a aidée à trouver ma voie. Ca me parle même si je ne comprends pas tout. Pour moi, il y a une vie avant et une vie après la thérapie. Elle m’a libérée.

La somato thérapie ou la kinésiologie, c’est un soin, une thérapie par le corps. On ne parle pas beaucoup. On fait parler le corps par le chant, la respiration, les rebirths…

L’analyse transgénérationnelle (les traumatismes et non dits inscrits dans tes cellules depuis des générations) m’a aussi aidée.

Quelques questions pour encore mieux te connaître :

Musique : Sigur Ros

Livre : Suis-je une hyper sensible ? de Fabrice Midal

Film : Into the wild

Routine : Un smoothie avec des protéines végétales le matin, vers 11h

Lieu : La forêt

Fleur : La pivoine ou les fleurs sauvages des champs

Ton tapis préféré : Azulejos flowers. J’aime ses couleurs, rose, ocre, bleu. J’aime toutes ses couleurs. Il va très bien chez moi et je le promène partout. Ce sont mes couleurs.

Lever ou coucher du soleil : Coucher du soleil.

Animal : Un chat ou une panthère. Souple, indépendant, « sauvage ». J’ai un côté méfiant comme lui !

 

Merci de parler avec ton cœur Oriane. ❀